Outreau au collège

Ceci est une colère. Probablement ma colère annuelle en 2011.

 

Hier soir, je rentre à 18h30 comme d’habitude. Ma fille a mis à peu près trois minutes pour me lancer cette phrase :

 

« C’est quoi Outreau, Maman ? »

 

Bien. La réponse vient naturellement : « Pourquoi me demandes-tu cela ? »

 

Ma fille a 11 ans, elle est au collège en 6ème. La semaine dernière, elle m’avait annoncé qu’elle étudiait les droits de l’enfant en éducation civique, et qu’elle adorait ça. Hum, elle est partie pour être comme sa mère, chouette !

Hier, leur prof d’histoire géo a lu un polycopié en classe. Un chapitre était consacré à l’écoute de l’enfant, combien la société avait évolué à ce sujet, et à quel point il était important de le faire. Mais à la fin de ce petit chapitre, une astérique. Un bémol. Deux phrases entre parenthèses. Pas plus. La prof d’histoire géo n’a pas fourni d’explications pendant le cours apparemment.

 

« Outreau : procès où la parole de l’enfant a été très écoutée mais qui malheureusement n’était que mensonges. De nombreux adultes ont été condamnés alors qu’ils étaient innocents ».

Fin de l’histoire.

 

Quand ma fille m’a raconté ça, je suis restée séchée sur place. Enfin, pas très longtemps, puisque je me suis mise dans une colère monumentale. Je remercie la prof d’histoire de nous avoir refilé le bébé, nous les parents. Si tant est que les enfants en aient parlé chez eux et ne soient pas restés sur cette phrase réductrice,  et si les parents ont bien voulu prendre la peine de fournir les explications adéquates, et encore faut-il qu’ils maîtrisent le sujet. J’ai passé le dîner à expliquer à mes enfants de quoi il retournait, tout en vérifiant sur internet et auprès de plusieurs sources. Outreau est une affaire extrêmement complexe, et j’ai émis des réserves tout du long.

 

Pourquoi me suis-je mise en colère ?

 

C’est un polycopié. En l’espèce, cela veut dire que c’est un document officiel dont se servent les profs, et qui circule en France. Ce n’est pas l’erreur d’un enseignant, c’est approuvé par l’Education Nationale. Ca veut dire que cette contre-vérité (car c’en est une) fait partie en somme du module d’histoire. Alors, oui, je suis choquée. Pour moi, ça équivaut aux propos de Zemmour « 90 à 95% des mineurs délinquants sont arabes ou noirs ». Ca a le goût de la vérité, ça a la couleur de la vérité, ça sent la vérité mais ça n’est pas la vérité. Et l’Education Nationale propage ce message : « Des enfants ont menti, des adultes sont allés en prison à cause d’eux ».

 

Si la parole des enfants n’avait pas été appuyée, cautionnée, relayée par des adultes, ça ne se serait probablement pas passé de la sorte. Les adultes sont responsables. Les enfants n’ont jamais demandé à envoyer des gens trois ans en préventive. Un juge a pris une décision. Certes emportés par un délire collectif généré par des adultes, il y a eu des erreurs impardonnables mais  il y avait bel et bien des enfants violentés sexuellement dans cette affaire. Ils ont été reconnus officiellement comme victimes. Pour une affaire Outreau, certes dramatique, combien d’enfants laissés pour compte car pas écoutés ?

 

Réduire Outreau à deux phrases est criminel. Ca ne me pose pas de problèmes qu’on étudie cette affaire à l’école. Mais ça ne s’expédie pas. L’on sait très bien à quel point il est compliqué de libérer la parole d’un enfant. Brandir Outreau est devenu à la mode pour grignoter du terrain sur l’écoute qui leur ait accordé. Ce n’est pas mettre en doute la parole d’un enfant qui fera avancer les choses. C’est mettre en doute la parole des adultes référants qui gravitent autour de cet enfant qui fait sens.

 

Quand les enfants sur l’affaire Outreau ont raconté les sévices subis, ils n’ont rien inventé. Ils n’ont pas menti. Ils subissaient réellement des violences sexuelles mais de la part de leurs propres parents et d’un autre couple. Je cite

 

« Les 15 enfants concernés par le procès sont tous reconnus victimes, mais cette vérité judiciaire n’est pas relayée par les médias ni par le représentant légal des enfants (le Président du Conseil Général du pas de Calais.) Cette omerta sur la vérité judiciaire des enfants déclenche un lynchage des professionnels qui ne s’étaient pas trompés sur la réalité des abus sexuels. Les cinq nouveaux experts missionnés par le Président des assises confirment les conclusions des premiers experts. » **

Ce sont les parents et un autre couple qui ont menti. Ce sont eux dont la parole aurait du être mise en doute. Foutre sur le dos des enfants le dérapage de l’affaire Outreau est parfaitement dégueulasse. Si des adultes n’avaient pas menti, si des adultes ne s’étaient pas engouffrés dans cette affaire en perdant tout recul, probablement dépassés par l’ampleur de l’évènement, jamais on n’en serait arrivé là.

 

Pour terminer, ce qui me dérange par dessus tout, c’est que des enfants liés à ces familles puissent tomber là-dessus au collège. Ce qui me dérange, c’est que l’Education Nationale participe au raccourci qui est fait et ne pense pas aux enfants d’Outreau, les principales victimes de cette affaire. Comment se construire quand la société tout entière se sert de ce qui est arrivé pour remettre en cause la parole des enfants, alors que les faits sont réels, et seuls les protagonistes ne sont pas tous les bons ?

 

Je conçois que la parole des enfants n’est pas parole d’évangile. Je conçois qu’il faut être prudent. Mais la parole des enfants doit être entendue sans bémol. Ce sur quoi il faut travailler, c’est pourquoi l’enfant parle. Subit-il cela réellement ? Est-il manipulé par un adulte ? Et si ce n’est pas la stricte vérité, quel est le problème de fond qui motive cette action ?

 

Expliquer cela aurait été pédagogique. Mais se servir d’un fait divers compressé au niveau de Ici Paris pour expliquer aux enfants que l’on se méfie d’eux est totalement contre productif. En ce qui me concerne, l’Education Nationale vient de commettre une monumentale erreur.

 

J’attends impatiemment le cours sur l’esclavage avec un beau laius sur l’exploitation inhumaine faite par la France d’êtres humains avec une belle astérique et deux jolies phrases : (Notons que les africains se vendaient entre eux, et qu’à cause de cela beaucoup d’africains ont vécu en esclavage). Moyen de pulvériser le message précédent à coup de contre-vérités. Et ça prétend enseigner… Oui, je sais, je suis très en colère et je dépasse les bornes.

 

MAJ : J’ai eu la Proviseur Adjointe au téléphone qui a été très réceptive à mon discours (Ceci étant, il était beaucoup plus calme que dans ce billet). Elle fait en sorte que les choses soient beaucoup plus claires. J’ai apprécié qu’on écoute ma parole 🙂

 

MAJ 15H39 : Ce polycopié est une photocopie d’un manuel.

 

** Source Wikipedia (que j’ai vérifié ailleurs)

7 commentaires sur “Outreau au collège

  1. C’est affligeant. Ce qu’auront compris les petits sixième: « fermez-là ». Sur un sujet aussi grave. J’aurais été moi même hystérique. Il y doit y avoir un truc avec les profs d’HG, car celle de mon fils l’an dernier en 4ème était gratinée. Ou alors c’est la loi du nombre, associée à la matière (le prof de physique a moins l’occasion de s’exprimer sur les sujets de société!) ….

  2. Ca n’a eu l’air de gêner personne. Ni la direction du collège, ni la FCPE.
    C’est pas important parce qu’apparemment, il n’y a que ma fille qui a été intriguée…

    Il faudrait que j’ai le courage de repartir à la charge

  3. Bonjour,

    Je suis moi-même professeur d’économie et effectivement je confirme que pas mal de conneries sont distribuées aux enfants en général dans le sens du politiquement correct et de l’anti-libéralisme primaire.
    Beaucoup de professeurs ne sont pas objectifs et délivrent de la propagande plutôt que des cours.

  4. Bonjour Xavier 🙂

    Merci pour votre commentaire. J’ai fini par lâcher l’affaire vu qu’on m’a fait clairement comprendre qu’il n’y avait que ma fille qui avait été choquée et qu’aucun autre élève n’avait relevé.

    Je trouve ça limite, mais j’en ai un peu assez de me battre seule. Entre ça et ce qui s’est passé lors des inscriptions au collège, ils me fatiguent 🙂

  5. Bonjour Cat,

    C’est classique, en général ils minimisent en prétendant que vous êtes le ou la seul à vous plaindre.
    En fait parmi les autres parents il en existe qui sont aussi touchés mais n’osent rien dire. Bon évidemment il y a les associations de parents d’élèves mais elles n’ont qu’une existence virtuelle.
    Personnellement je l’ouvre souvent et si nous étions plus nombreux à le faire les choses bougeraient davantage.

  6. Bonjour

    faire taire les enfants!!!!
    mais, les enfants d’outreau sont reconnus victimes
    donc pas menteurs
    RÉAGIR IL EST GRAND TEMPS POUR NOS ENFANTS

Répondre à Xavier Collet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.