Chroniques des enchantements : #100DaysOfHappiness part 6 & 7

C’est @bacicoline qui m’en a parlé : un hashtag #100DaysOfHapiness et toi, pendant cent jours, tu prends en photo ce qui t’a rendu heureux. J’aimais beaucoup l’idée. Je l’ai même proposé comme exercice à une dame un peu perdue, comme une discipline pour reprendre pied dans la vie et puis, dimanche dernier, une coïncidence m’a décidée à participer, mais comme je suis une quiche absolue en photo, je me permets une variante.

 

Je suis en retard ! Je n’ai pas tout noté, donc cette semaine, des bribes, des instants, presque des souvenirs. Et en plus je vais remonter le temps.

 

 Dimanche.

 

Aujourd’hui, donc. Je me suis mise à faire du jogging. J’ai trahi Manuela qui, seule, restera auprès de Winston (elle comprendra). Enfin, pour être précise, je marche vite deux minutes, je cours une minute et ainsi de suite pendant vingt minutes. Je n’ai jamais couru et je fume un paquet par jour, les gens, on fait pas la révolution en deux jours ! J’écoute de la musique, la playlist que j’ai fait à Virginie pour le Vietnam. Et ce matin, en revenant chez mon père, je suis tombée sur ce morceau :
 

 
Cette chanson m’a toujours rendue à moitié hystérique. Du coup, je sais pas, j’ai oublié que j’étais sur une départementale, je me suis fait embarquer et j’ai dansé tout en courant. À 2″40, je cours et je fais un petit ciseau avec mes deux pieds quand il y a les « HOU » ! 20 secondes plus tard, je fais un bond de deux mètres quand je me prends un coup de klaxon en pleine tronche par un mec hilare. J’ai éclaté de rire et l’ai salué !

 

 Samedi.

 

Marcher pied-nus dans le sable. Voir mon étendue bleue préférée.

 

 Vendredi.

 

Être dans les bras de mon père.

 

 Jeudi.

 

Déjeuner avec Benjamin et ça qui me fait encore ricaner bêtement aujourd’hui.
 

10257602_859678420729025_8831478538122994738_o
 

Mercredi.

 

@Bacicoline a trouvé la seule CM au monde qui menace d’une procédure au pénal tout client qui critique la marque pour laquelle elle bosse. Je suis fan !

 
Capture d’écran 2014-07-20 à 08.47.00

Capture d’écran 2014-07-20 à 08.47.17

Capture d’écran 2014-07-20 à 08.47.29

Capture d’écran 2014-07-20 à 08.47.42

Capture d’écran 2014-07-20 à 08.47.50

 

 Mardi.

 

J’essaye de désabonner ma filleule, la fille d’Olivier de Famille Chrétienne. Une des blagues pourries dont j’ai le secret. Le problème, c’est que je n’y arrive pas. Il me faut le numéro d’abonné qui se trouve sur l’emballage du magazine.

 
Capture d’écran 2014-07-20 à 08.57.32

Capture d’écran 2014-07-20 à 08.57.58

 

 Lundi.

 

Capture d’écran 2014-07-20 à 09.06.14

 

Je suis en Bourgogne chez les « Laga ». Mes deux meilleurs amis que je considère comme mes frangins sont nés le même jour et font tous deux des imitations lamentables de Sarkozy. Olivier et Yvan ne se sont jamais vus, c’est dingue, non ?!  Je suis chez les parents de ce dernier pour le 14 juillet, je sais que c’est un traquenard, qu’ils sont tous fous et je me fais avoir encore une fois. On mange, on boit, on rigole, avec Antoine et Yvan, on régresse complètement, on a 8 ans et demi et je pars à l’arrache parce que j’ai encore raté le train que j’avais prévu. Comme d’habitude.

 

 Dimanche.

 

J’en sais foutrement rien.

 

 Samedi.

 

À 10h29, je suis propriétaire de la SNCF. À 18h24, je suggère aux gens d’abandonner leurs enfants artistes cet été sur une aire d’autoroute avant qu’ils leur coûtent la peau du cul.

 

 Vendredi.

 

Un homme que je ne connais pas me demande en ami sur facebook. Je mate son profil. Intriguée, je remonte ses photos et j’explose de rire. Le mec a quatre ou cinq photos dont trois photoshopées à la truelle. Il ne se rend pas plus beau, que nenni, il s’insère dans des décors. J’imagine qu’il souhaite rendre sa vie plus glamour. Le seul souci, c’est qu’il choisit des décors, comment dire… Devant une twingo. Sur un parking d’un Intermarché. Avec @Sand_G on hurle de rire. Je poste une spéciale dédicace à mon nouvel ami. Va-t-il comprendre le message ?

 
Capture d’écran 2014-07-20 à 09.16.13
 

Je ne sais pas pourquoi, c’est venu comme ça, je regardais le ciel et soudain, pour la première fois de ma vie, je me suis dit que ma mère serait fière de moi. Jamais je n’aurais osé le penser avant…

 

 Jeudi.

 

Nous tentons depuis un mois d’obtenir un code de transfert de nom de domaine. Je finis par envoyer un mail au pdg de notre gestionnaire de nom de domaine.
 

Capture d’écran 2014-07-20 à 09.21.34

 

Sachez que la standardiste a fait son pot de départ vendredi. Il semblerait que le service support accueil soit… La standardiste de la boîte…

 

 Mercredi.

 

Le repas bi-annuel de ma boîte. Autour d’un barbecue, on ricane. Bientôt onze ans dans cette entreprise. C’est dingue !

 

 Mardi.

 

Un type qui aime la salade de pommes de terre a eu l’idée saugrenue de faire un crownfunding pour en financer une. Comme le peuple d’internet est toujours prêt à ricaner, le mec a récolté 35 000 dollars. Ça me fait rire, mais surtout je pense à ma mère. Elle, féministe, bossant au CIF dans les années 70 avait des réflexions parfois un peu réacs. Elle disait souvent « Une femme qui ne sait pas faire une salade de pommes de terre ne pourra pas garder un homme ». Enfant, ça me plongeait dans des abimes de perplexité. En voyant le résultat de cette quête de la salade de pommes de terre, je finis par me demander si elle avait pas raison, en fait ^^.

 

Je regarde pour la première fois de ma vie un match de foot à la télé. Allemagne-Brésil. À force de voir défiler des tweets et quand on arrive au stade de 5-0 dans une demi-finale, on craque !

 

 Lundi.

 

Je me fais une séance de PBA (psychobio-acupressure). J’en ai fait de janvier 2013 à octobre 2013. J’ai vraiment eu la sensation d’avoir retrouvé un équilibre psychologique. Effet placebo ou pas, sur moi, ça marche. Là, je sentais que certains évènements ressuscitaient certains blocages. Je n’ai pas cherché à comprendre et j’ai pris rendez-vous avec mon amie Véro qui m’a suivie depuis le début. J’ai vraiment l’impression de prendre une douche émotionnelle, de me nettoyer. C’est extraordinaire ! J’en ressors galvanisée.

 

 Dimanche.

 

Je pars chercher une bibliothèque. En métro. J’étais persuadée que je pouvais la démonter, mais il s’avère que c’est impossible. On est dimanche matin, onze heures, je trimballe une Billy sur un diable de merde. Le fou-rire me gagne. Je commence à commander un taxi, quand soudain j’en vois passer un. Malheureusement il n’est apparemment pas en service. Je lui lance un regard désespéré. Il hésite. Regard de petit chaton. Il s’arrête. Je vais ramener cette bibliothèque sans problèmes parce que je vais tomber sur des gens charmants qui vont me tenir la porte, m’aider à la soulever, le tout sous la pluie. C’est formidable !

 
 
Voilà. Je vous souhaite une bonne semaine. Merci (Il sait).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.