De l’usage du développement personnel pour les gens d’extrême-droite

Un bidonville en France dans les années 60
Un bidonville en France dans les années 60

Après avoir éliminé Canal + et Maitena Biraben de mon champ de vision, je conserve une sale petite manie regarder ONPC. C’est pas faute de m’épargner, je ne regarde quasiment plus mon onglet actualité, mais je me réserve encore cette plage parce que je trouve que c’est une bonne émission populaire qui donne une certaine température de l’ambiance. Je ne vais pas pour autant vous parler de Nadine Morano et de son délire de pays de race blanche reprenant des propos de ce cher général de Gaulle qui datent de 1959 – je ne vais pas m’amuser à relever et écrire sur toutes les conneries prononcées chaque jour – je pense que beaucoup l’ont fait avec talent.
 

Non ce que je vais me borner à évoquer ici c’est le syndrome de victimisation des personnalités qu’elles soient politiques ou journalistes qui ont une pensée d’extrême-droite dont Geoffroy Lejeune, directeur de la partie politique de ce cher Valeurs Actuelles nous a encore fait hier soir la complainte. J’entends par extrême-droite tous ceux et celles qui prônent un repli de la France sur des valeurs datant des années 50 (coucou Charles), un racisme, un rejet de l’autre, la détestable manie de montrer l’autre du doigt, l’autre il est pas comme moi, l’autre il est pauvre c’est caca, l’autre, l’autre, l’autre ; bref tous ceux qui ont l’humanisme à deux vitesses, un humanisme à préférence nationale, enfin plutôt à préférence gauloise parce que nationale, ça commence à faire un peu trop large, vous comprenez ?
 

À tous ceux-là j’aimerais dire une chose : vous existez partout. On vous entend partout et quand c’est pas ça, ce sont des choix rédactionnels qui couvrent les peurs que vous attisez. Il va donc falloir sérieusement cesser de se foutre de la gueule du monde et brailler partout que vous vous sentez écrasés par une idéologie dominante bien-pensante. C’est factuellement faux : on entend que vous, bordel ! Vous confondez deux choses : votre existence médiatique et le fait qu’on continue de vous expliquer que votre pensée est dégueulasse, c’est pas pareil. Ce que vous souhaitez, c’est pouvoir parler sans filtres et que par dessus le marché, on vous explique que c’est bien, que la nation toute entière se lève pour vous approuver dans une liesse générale. Qu’on fasse sonner les cloches dans toutes les églises de France pour clamer que c’est une pensée parfaitement légitime, justifiée par des tas de raisons fatalement rationnelles (même quand on s’assied constamment sur les chiffres n’est-ce pas ?) et que vous êtes formidables. Ce que vous ne supportez pas, c’est la survie – on ne sait pas comment, ça devient de l’ordre du miracle de nos jours – d’une morale républicaine, des notions de bien et de mal, un respect de LA laïcité contrairement à une, la vôtre, laïcité qui explique que certaines religions doivent rester minoritaires, un respect de l’histoire de notre pays et de l’Histoire tout court. Comme dit Léa Salamé, vous incarnez la bien-pensance aujourd’hui, c’est fort tout de même ! Elle rajoutait que ça devient subversif d’être un humaniste tout court en France. Ça laisse pantois pour la patrie des droits de l’homme ! Mais vous vous voudriez en plus le beurre, l’argent du beurre et le cul qui va avec et la bénédiction de tout le monde : la France en blanc sort de la mairie à votre bras. Ce que vous ne supportez pas c’est la petite résistance qui subsiste encore, le cadavre de nos années SOS racisme qui bouge encore. Si je faisais du mauvais esprit, je pourrais même affirmer que vous avez du mal avec la contradiction et que de fait, vous vous drapez dans une posture de victime pour tuer le débat…
 
oiseau-cage-450x200
 
Si vous êtes en mal de reconnaissance, je vous suggère de faire un stage de confiance en vous ou d’écumer le rayon « ésotérisme et paranormal » de la Fnac la plus proche pour éventuellement localiser votre humanisme perdu. Partez en Ardèche effectuer un séminaire sur « la méthode du héros ou comment avoir confiance en soi », « les six clés pour s’aimer », « devenez acteur de votre vie » ou « Le winner en vous, comment le trouver ? » ou bien encore « dix commandements pour se kiffer dans la glace le matin » . Travaillez votre développement personnel et arrêtez de geindre. Certes, l’onglet « pensée positive » va être compliqué à intégrer à votre façon de négocier avec le monde, mais on va pas chipoter pour si peu, n’est-ce pas ?
 
Vous voudriez que les gens vous aiment vous et vos propos sauf que ça pue encore un peu. On s’excuse, ce pays n’est pas complètement atteint par un genre d’Alzheimer politique.
 

Je vous rassure, ça ne saurait tarder. En attendant, souffrez qu’on vous explique que la lente descente dans les égouts idéologiques que vous faites subir à notre pays est abjecte. Souffrez que ça glisse pas tout seul, mais que ça soit parsemé de dos d’âne pris à toute vitesse vu que c’est le festival de la connerie en ce moment. C’est pas très agréable j’imagine mais ça va se lisser. Ce pays se dégénère peu à peu. Ne vous inquiétez pas, parti comme c’est parti, vous finirez bien par tous nous faire atterrir dans les eaux troubles du pétainisme soft…
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.