9 commentaires


  1. ·

    Ce qui m’effraie est l’arrivée (ou etait-elle tapie au fond des plus sympas d’entre nous) de la dictature de la bienpensance érigée en étendard et qu’une simple étincelle suffise désormais à un lynchage organisé
    M’éloignant de Twitter je n’avais pas connaissance du téléfilm. Outre que chacun a entièrement le droit de regarder/supporter ou pas une œuvre quelle qu’elle soit sans bien entendu nécessairement l’interdire aux autres (n’est-on pas tous sur Twitter les chantres de la liberté ou alors j’ai encore raté un épisode), Sandrine Bonnaire est un amour de femme qui demeure à jamais dans mon petit coeur…
    Et je suis prête à aller chercher un gourdin pour frapper toute personne qui ne serait pas de mon avis. C’était ma minute #intolérancedujour. Car avouons-le les réseaux nuisent à notre capacité de patience. C’est pourquoi il est bon de s’en éloigner de temps à autre. Bye !
    Et au plaisir de te relire sur des sujets plus badins (point vœux pour la 2018)

    Répondre

  2. ·

    La violence verbale est toujours plus libre quand le visage de celui qui la commet est protégé par son écran du poing réactif de celui qui la reçoit.

    Il ne faut donc pas avoir peur d’houspiller ceux que l’on juge indigne de s’exprimer mais de ne pas s’étonner de susciter une violence miroir et s’en prémunir… Puis après quelques temps se demander si ce que l’on pense, croit, sait à un intérêt pour le collectif ou sera simplement entendu, lu, vu et, enfin, pour finir se taire et remettre en perspective nos propres modes de débats et nos façons de refaire le monde. A nos images propres, certes, mais souvent en personne avec quelques fois un peu d’ivresse et de passion mais toujours dans une forme de respect du droit à la parole d’autrui… et parfois voir celui qui exprime ce qui pour nous inacceptable offre la perspective de sa réalité, calme nos violences et nous rend convaincant… ou pas …mais alors c’est moins grave…

    Ce qu’on oublie sur internet, et en particulier sur les réseaux sociaux, c’est que nous sommes dans le domaine de l’écrit… que ce qui est écrit est un instant figé et que ce qui est arrêté n’évolue plus et meurt (un peu seulement parfois). C’est ce que nous apprends la physique quantique: ce qui s’arrête d’évoluer, disparaît… mais là je simplifie… donc j’en reste là

    Répondre
  3. Julien
    ·

    Merci…
    Tu arrives souvent à exprimer avec des mots meilleurs que les miens ce que je ressens.je te l’avais déjà dit, c’est de nouveau le cas.
    Alors merci.

    Répondre
  4. Dystopique
    ·

    Entièrement d’accord avec toi.
    Le dernier episode de la serie Black Mirror montre parfaitement comment cela va trop loin.
    Je hais twitter pour les SJW majoritaires dessus.

    Et sur Facebook je vois des commentaires qui me dépriment car ça en vient rapidement à des insultes pour des divergences d’opinion.

    Je ne suus pas croyante mais putain qu est ce que j aimerai une prise de conscience de tolérance dans notre société !

    Répondre
  5. Marie-Jeanne
    ·

    Merci pour la recherche d’une critique des mouvements sur les réseaux sociaux.
    J’ai du mal à suivre tes évolutions personnelles et je suis toujours surprise
    J’ai un souvenir cuisant où je m’étais sentie très malpar la violence de tes mots piétinant alors ce que je pouvais être, vivre ou ressentir…
    Et j’ai souvenir qu être en désaccord avec toi a été très délicat parfois…
    Mais je souhaite au monde aussi de l’ouverture et de la tolérance pour que ta peur s’apaise 🙂

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Hello
      J’ai pris grand soin de préciser que j’étais concernée à la fin.

      On parle il me semble d’évènements qui se sont passés il y a 10 ans ? Heureusement que j’ai évolué !

      Mais j’avoue que je comprends pas très bien de quoi tu parles. Si on parle de la période où Epidemik s’est crashé, je vais être très à l’aise dans mes baskets. Mais peut-être que tu fais allusion à autre chose. Tu n’es pas très précise.

      J’avoue que je comprends pas non plus ta surprise à chaque évolution personnelle. Vraisemblablement tu as dû très mal me connaître car Isa, Virginie, Celine que j’ai rencontré en même temps que toi ne le sont pas.

      En fait je comprends pas très bien ton commentaire 🙂

  6. Marie-Jeanne
    ·

    Laisse tomber, je suis désolée j’aurai du réfléchir avant de laisser un sale émotion remonter publiquement… C’est vraiment inintéressant et du pur égout émotionnel. Et je n’ai pas la prétention de dire t’avoir vraiment connue à vrai dire.
    Bref quand tu auras lu ça tu pourras tout supprimer et si tu peux fais comme si je n’avais jamais commenté…
    Encore désolée…

    Répondre
    1. catnatt
      ·

      (Désolée d’avance les autres commentateurs, mais on ne m’a pas laissé vraiment le choix)

      Marie-Jeanne.

      En premier lieu, je tiens à te présenter mes plus sincères excuses (et vraiment sincères, j’insiste) pour la peine que je t’ai causée à l’époque. J’ai appelé Virginie – c’est te dire à quel point ton commentaire m’a plongée ds un abysse de perplexité – et on en a conclu que ta peine datait d’Epidemik. Soit période 2007-2008. Y’a 10 ans donc… Je vais pas creuser, je t’ai blessée, je présente des excuses, basta.

      Par contre je ne comprends pas du tout alors que tu as mon mail, mon portable probablement et que nous étions amies sur FB – j’ai réalisé avec ton commentaire que tu m’avais virée, depuis quand j’en sais rien et no offense, c’est pas grave 🙂 – pourquoi tu ne m’en as jamais parlé. Mais alors jamais ! J’ai même relu certains chats pour voir ce que j’avais loupé, je remonte à 2010, rien.

      Donc tu te trimballes une rancoeur pas possible depuis 10 ans et au détour d’un texte qui date d’il y a un mois, tu m’en fais part maintenant. Bon, pourquoi pas. Mieux vaut tard que jamais comme on dit.

      Mais alors ce qui passe pas du tout ! Mais alors pas du tout ! C’est le côté passif agressif de ton commentaire : « Mais je souhaite au monde aussi de l’ouverture et de la tolérance pour que ta peur s’apaise  »

      Je relis cette phrase et elle est complètement tordue. Sous prétexte de bienveillance, elle est tout sauf ça. C’est hallucinant. Et ça, c’est non ! J’ai aucun problème à avoir une saine engueulade, t’aurais pu me dire « ferme ta gueule connasse » ça passait mieux, mais les plans tordus où on tente de me faire croire qu’on est sympa et bienveillant alors que c’est le contraire, c’est clairement pas possible.

      Ne parlons pas de  » J’ai du mal à suivre tes évolutions personnelles et je suis toujours surprise » Ha bon ?

      J’en conclus donc que tu me suis, donc que tu dois me lire, mais tu ne me dis pas que tu m’en veux pour des trucs qui datent d’il y a 10 ans; C’est fou ! Comment avec le parcours que tu as – parce que j’ai fait attention figure-toi – n’as tu pas envisagé de faire la paix avec ça en m’en parlant ?! Parce que si tu m’en avais parlé directement, on aurait pu régler ça il y a bien longtemps. Tu n’es pas la seule, loin de là et j’ai toujours pris la peine de discuter. Et le comble du truc ! C’est que même avec Gaelle j’ai pris la peine de mettre les choses à plat et figure toi qu’une des premières personnes qu’elle a contactée quand sa mère est décédée, c’est moi ! Comme quoi je devais pas être si différente il y a 10 ans…

      Bref, je vois que tu es désolée et que ton commentaire était pulsionnel. Pas de soucis 🙂 Tu es toute excusée.

      Par contre, nos échanges vont s’arrêter là. Tu comprendras aisément que lorsque quelqu’un t’attend au tournant et c’est ton cas vis à vis de moi, t’as pas super envie de le garder ni près de toi ni loin de toi.

      Mon commentaire est direct, franc et tout y est sincère.

      Bonne continuation (and I mean it 🙂 )

Répondre à FredMJG Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.