Un mépris total…

18 février 2013 44 Par Catnatt

Depuis hier soir, je suis dans une colère noire.

 

La faute à qui ? Le crétin sur sa grue (voir ici). Le cv de ce monsieur qui fait apparemment partie de SOS Papa, association extrémiste bien connue – pour info l’ancien président a été condamné à six ans de prison pour avoir voulu tuer son ex-femme- fait rêver : condamné à deux reprises pour soustraction d’enfant, violence (avec arrêt de travail de plus de huit jours), menaces et le pompon, il a refusé la médiation judiciaire proposée en urgence.

 

Alors, j’entends que certains cas sont mal jugés et qu’effectivement, en France a tendance à penser qu’un enfant a plus besoin de sa mère que de son père. Mais ça évolue. Il y a de plus en plus de gardes partagées et la nouvelle génération de pères est nettement plus impliquée que les précédentes.

 

Mais il va falloir arrêter le délire dans lequel on nage depuis quelques jours, à savoir il-y-aurait-un-complot-lesbianno-féministe-qui-tendrait-à-sacrifier-ces-pauvres-papas. ON SE FOUT DE LA GUEULE DE QUI ?!

 

Ce qui me fout le plus en rogne, c’est que de facto, Jean-Marc Ayrault en cédant à cet odieux chantage affectif et à cette opération de communication orchestrée par des associations douteuses, tombe dans le piège d’un type condamné par la justice. C’est un affront à toutes les femmes qui doivent se battre contre la violence de leur ex-conjoints. Accessoirement, c’est aussi un affront à toutes les mères célibataires (à peu près un million 5 de famille monoparentales féminines) que l’on ne retrouve pas sur une grue et pour cause, elles sont bien trop occupées à survivre et à gérer leurs mômes. Sur les pensions alimentaires, 40% ne sont jamais payées. Et pour terminer, c’est également un affront à la justice. Comme me le faisait remarquer sur twitter @H_Leenaa : “En plus cette affaire discrédite AUSSI les papas en situation de réelle injustice (il y en a aussi).

 

Depuis hier, on marche sur la tête. La majorité des parents lésés sont des mères hein… Alors que le Ministre de la famille s’empare du sujet, c’est une bonne chose mais qu’elle le fasse uniquement sous l’angle des pères, je suis scandalisée. Elle devrait à ce compte-là se pencher sur la formation des juges pour effectivement peut-être plus coller à la réalité, la réalité des pères et…celles des mères. Mais recevoir uniquement les associations de pères, ça me donne envie de hurler. C’est un mépris total pour la majorité des situations et accessoirement sur des décisions de justice. Globalement, cela envoie comme signaux : vous avez fait n’importe quoi, vous avez été condamnés par la justice mais vous êtes désespérés, on va vous écouter. Je me demande ce que doit ressentir la mère en lisant tous les commentaires compassionnels sous les articles à ce sujet. C’est dégueulasse ! Le minimum pour contrer ce coup médiatique c’est de recevoir des associations de mères en même temps.

 

Je n’en reviens pas que l’on puisse marcher dans cette combine. Je passe sur le syndrome Sarkozy, un fait divers et hop on plonge dans le sujet sans réfléchir. SOS Papa ont obtenu ce qu’ils voulaient : malgré la réalité des faits, une vitrine médiatique pour leurs raisonnements foireux et un accueil dans les ministères. Ils sont les victimes de la semaine. Or comme le souligne Isabelle Germain des Nouvelles News : 75% des enfants sont confiés à la garde des mères parce que… les pères ne la demandent pas !

 

Pendant ce temps-là, moi et des millions d’autres femmes, on rame. En silence…