16 commentaires

  1. Thomas
    ·

    J’espère qu’un jour je serai capable d’écrire d’aussi belles choses à mes enfants. J’en doute. En attendant, j’ai la chair de poule.

    Répondre
  2. Catnatt
    ·

    Mais oui thomas, tu écriras aussi bien, voire mieux pour tes enfants. Et je serai là pour les lire <3

    Répondre
  3. Chloé
    ·

    Magnifique texte ! Que d’émotions en le lisant, des mots qui sonnent comme un écho en moi.

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Merci 🙂

  4. cee
    ·

    Comme c’est joli…

    Joie ( il en faut ) des changements de vie en vue, tomber sur un texte écrit lorsque Rose dormant alors qu’elle n’avait quelques jours et sachant que cette quiétude passagère et particulière se devait de s’inscrire dans une forme de ce que je te dirai toujours.
    A 16, à 18 ans aussi, peut-être.
    Ta belle écriture, enfin revenue au service des sentiments purs, des aveux de faiblesse sans arrière pensée, ( on pleure toujours un peu sur soi mais ça n’engage que moi comme idée ;-)), ta belle plume de maman qui sait que le nid ne retiendra pas éternellement ce qui était un enfant, et sera pour toujours ton oiseau.
    Bravo Miss.
    Love.

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Merci pour ton délicieux et toujours aussi bien écrit commentaire Cee <3


  5. ·

    Je ne sais pas si elle l’a déjà lu. Mais mon ressenti est que tu pourrais bien lui faire du mal avec ton « Les gens continuent d’être ce qu’ils font pour toi, ton orgueil est toujours aussi démesuré ».
    Encore une fois c’est un ressenti mais j’ai trouvé ça violent.
    A toi de voir, tu « vous » connais suffisamment.
    Parfois j’écris des choses que je regrette…

    Joyeux anniversaire à ta fille en toit cas !

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      C’est quelque chose qu’elle a déjà lu ds la précédente lettre et dont nous discutons souvent.

      Charlotte s’accommode assez bien de ma brutalité et me fait remarquer si je vais trop loin. Elle sait que je n’ai jamais fait semblant 😉

  6. M.L.
    ·

    Et encore une fois j’ai tellement l’impression de (re)lire une lettre de ma propre mère.
    C’est à la fois très dur et si précieux que je voudrais m’y rouler dedans pendant des heures.

    Alors si ça peut éclairer ton interrogation, ma mère a elle aussi fondu en larmes sans raisons dans la cuisine (je m’étais empressée de lui faire remarquer avec un haussement de sourcil de dédain et un poil de suffisance dans la voix, enfin tu vois ce que ça peut donner.) Et c’est exactement la conclusion qu’elle en avait tiré : elle avait terminé sa tâche ardue de m’élever correctement. Soulagement, nostalgie et période de manque par anticipation. Le vide, l’absence. Encore aujourd’hui elle le dit, c’est super de ne plus nous avoir dans les pattes, mais ça lui manque.

    …et Les Cerfs-volants c’est également un magnifique roman de Romain Gary 😉
    Joyeux anniversaire à Charlotte !

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Haaa Romain Gary !

      Merci pour cet adorable commentaire

  7. So
    ·

    « Mais ce que je veux dire c’est que peut-être je sais que mon job est fini ou presque »

    Je crois bien que notre job ne finit jamais, tant que nous sommes en vie, et c’est génial, bien qu’un peu pesant parfois 🙂

    Tu ne vas pas t’en tirer comme ça, donc ! :p

    Signé : une mère solo d’un bientôt 18 ans et d’une récemment 22 ans:)

    Merci pour ce beau texte.

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Hahaha ! Merci à toi 🙂


  8. ·

    Ton texte est magnifique, tu m’as ému (j’ai moi même une fille de « presque » 17 ans) par tes mots, ta tendresse qui perle à chaque phrase.
    Tu es et a été une super maman pour Charlotte et le demeure pour Baptiste.
    Mille bravos

    Répondre
    1. Catnatt
      ·

      Oh merci Jeff!


  9. ·

    Merci pour le frisson du matin !

    (Quand je lis des textes comme celui-là, je me dis qu’il y a encore de l’espoir pour la blogosphère.)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *