La France de François Hollande : une déception de A à Y

6 septembre 2013 11 Par Catnatt

Bon, allez les gars, on a bien rigolé, c’était une blague, hein ? Elle est où la caméra ?

 

Arras, Nord-Pas-de-Calais, France

 

J’ai tenté tant bien que mal de comprendre ce que foutait ce gouvernement depuis son élection. J’ai cherché à comprendre vu que j’étais co-responsable de leur accession au pouvoir et que je ne suis pas du genre à me défiler (pas comme la bande de baltringues qui ont soutenu, voté puis ont tourné leurs vestes dès l’élection comme s’ils avaient une boule de cristal).

 

J’ai eu le cul entre deux chaises pendant un an, entre « je vais quand même pas me tirer une balle dans le pied », sous entendu, je ne vais pas systématiquement tirer à vue sur le gouvernement (comme certains cf paragraphe précédent) et « mais où diable veulent-ils en venir ? #wtf ».

 

Aujourd’hui, soit le 6 septembre 2013, j’ai choisi ma chaise : élire François Hollande était une connerie, je me suis fait entuber et toute l’ironie de la situation se résume à un concept ahurissant : je me retrouve à la place de certains sarkozystes en 2008.

 

Je m’explique (je vous entends hurler).

 

(je sais, moi aussi, ça m’a fait mal au c… de réaliser ça)

 

Entre François Hollande et moi, c’est exactement la même mécanique mais inversée qu’il y a eu entre Sarkozy et CERTAINS de ses électeurs. Le leader de l’UMP a été élu pour bousculer la France, la faire rentrer dans le DYNAMISME #youhou et convenons que nous n’avons pas su où donner de la tête à ce sujet. Mais… Mais ça s’est accompagné d’un rapport à la dignité et à la morale que pudiquement nous pourrions qualifier de particulier ^^.

 

Nous avons élu François Hollande pour apaiser la France, la faire pénétrer à nouveau dans LA FORCE TRANQUILLE #youhou et convenons que nous avons apprécié ce calme. Mais… Mais ça s’est accompagné d’un rapport à l’inertie, au manque d’inventivité que pudiquement nous pourrions qualifier de déconcertant ^^.

 

Ce sont les vases communicants : tu veux de la dignité, zou, t’as le dynamisme qui se barre en sucette, tu veux de l’énergie, zou, t’as le sens moral qui se barre en cacahuète. TU PEUX PAS AVOIR LES DEUX, OKAY ?!!

 

Il n’y a pas de changements dans les modes de fonctionnements. Le changement, c’est absolument et surtout pas maintenant. On bidouille. La France ressemble à une maison de maître délabrée un week-end de novembre avec une équipe de bricoleurs du dimanche qui bouche un trou par ci et ponce un truc par là.

 

Pas de réforme fiscale à la Piketti. Ne parlons même pas d’une 6° république, ce serait du délire total (et Hollande ne s’était pas engagé dans ce sens mais bordel ce que ça serait rafraîchissant !). L’effet non cumul des mandats est pour 2017. Hausse des impôts-qui-devaient-pas-augmenter-en-2014-mais-en-fait-si, une réforme gadget des retraites, une hausse de la tva-que-jamais-je-ne-toucherai-la-tva-mais-en-fait-si (ma préférée). Pourtant ils ont tout : la majorité à l’assemblée nationale et au sénat. Alors, j’admets que ce n’est jamais évident mais tout ça manque de courage et à côté de ça jouer les grandes gueules sur la Syrie est dangereux – je ne dis pas qu’il ne faut rien faire mais là, c’est un peu le grand moment de solitude en sus de confondre droit et morale. La réforme scolaire est ni faite ni à faire. C’est assez médiocre. Les emplois avenir n’arrivent à convaincre personne. Côté dada de Sarko, la sécurité, nous avons Manuel Valls tête de gondole du gouvernement qui danse un tango convaincu avec les idées de l’UMP. Oui, tout ça est très médiocre.

 

 

J’ai l’impression de patauger dans la gadoue alors okay, on ne se noie pas mais ça poisse sec.

 

Je ne suis pas sûre d’avoir la patience pour tenir quatre ans. C’est long quatre ans.

 

Pourquoi ne pas avoir entrepris un grand ménage dans l’organisation de l’état tant au niveau national que régional ? J’ai rien contre le principe d’augmenter les impôts mais, et je suis convaincue de ne pas être la seule, j’ai besoin qu’en face, le côté de ceux qui nous dirigent, ça soit solidaire. Plus d’accumulations de retraites par exemple. J’ai besoin que les lignes bougent en face !! Je ne suis qu’une citoyenne lambda mais si pour faire passer des lois à la petite semaine grâce à eux, on n’ose pas s’attaquer aux privilèges des hauts fonctionnaires (j’ai bien dit « hauts » ), franchement ça sert à quoi ? Ha oui, pardon, « le mariage pour tous ». Parfois j’ai envie d’appuyer sur « marche arrière » et d’imaginer ce qui ce serait passé si nous n’avions pas eu ce chiffon rouge pendant six mois. Entendons-nous bien, c’est bien la seule chose que je reconnais à ce gouvernement. Mais en l’état actuel des choses, c’est une déception de A à Y (Z étant le mariage pour tous). Il est extrêmement désagréable d’avoir la sensation que les classes moyennes en prennent plein la gueule sans qu’au dessus, ça ne bouge. Il est extrêmement désagréable de lire le rapport du secours populaire sur la pauvreté en France pendant qu’on nous apprend qu’en haut, ça continue de s’enrichir peinard. Tout ça pendant qu’un gouvernement de gauche est censé être au pouvoir : notez que “censé” peut concerner “de gauche” ou “au pouvoir” au choix hein… C’est toute la magie du truc en fait.

 

Après avoir eu la sensation que mon pays était dirigé par un petit con hystérique et mal élevé pendant cinq ans, j’ai l’impression que papi Mougeot a pris les commandes. Avouez que c’est un peu le choc de culture comme qui dirait, comme si on se tapait “les anges de la téléréalité” pendant quinze jours et que soudainement on avait droit à “des chiffres et des lettres” H24…

 

CONSONNE.

VOYELLE.

 

J’ai 42 ans, est-il si saugrenu d’espérer avoir une politique innovante mais soucieuse de préserver les fondamentaux de l’Etat Français : la solidarité par répartition, l’école quasi gratuite, la sécurité sociale, un parachute social etc ?

 

Et si encore ils étaient bons en communication, j’dis pas. Mais c’est une p… de catastrophe. Le gouvernement est à la communication ce que Cécilia Gimenez est à la restauration de tableaux : truelle et incompétence. Ca fait beaucoup.

 

Pas un jour ne se passe sans qu’on parle des impôts. Comment est-ce qu’on peut se démerder pour ne parler quasiment que de ça depuis un an ? Sans déconner ? Vous ne pouviez pas tout faire d’un coup ? Vous êtes censés être compétents ! Novlangue et déclarations contradictoires peuplent vos discours : on en est à nous vendre « le ralentissement de la hausse du chômage » (poke « Pôle Emploi site préféré des Français »). De qui se moque-ton ? « Après l’effort, voici venu le temps de la “pause fiscale”, clame François Hollande. Une promesse à laquelle une majorité de Français ne croient pas, selon un sondage CSA pour Les Echos et l’Institut Montaigne paru jeudi 5 septembre, 79 % des sondés estiment que le chef de l’Etat ne parviendra pas à stabiliser les prélèvements obligatoires dès 2014. Une méfiance qui trouve peut-être sa source dans la multiplication des signaux contradictoires du président et de son gouvernement depuis un an. » *

 

François Hollande a voulu son élection sur une projection de deux mandats. Je ne voudrais pas avoir l’air contrariante mais s’il n’y a pas un miracle (au stade où on en est, on a basculé dans le mysticisme) non seulement il ne les aura pas mais en plus j’imagine qu’il pourrait y avoir un vote sanction aux municipales.

 

J’aime autant dire que si Anne Hidalgo a l’intention d’encore augmenter les impôts locaux sur Paris (chose que Delanoë a pratiqué année après année), c’est même pas en rêve que je vote pour elle.

 

Je voterai blanc. Et dieu seul sait que je m’étais promis de ne jamais le faire mais en l’état actuel des choses, je ne vois pas pour qui voter en toute sincérité. Je vais faire comme nos élites : l’immobilisme. Apparemment, ça leur réussit bien.

 

Si le gouvernement de Hollande voulait bien se RÉVEILLER, c’est le moment car je fatigue, voyez-vous. Non, en fait, je me fais chier. Je n’arrive même plus à faire semblant de m’intéresser à tout ça sur les réseaux sociaux. Les petites phrases des uns et des autres me gonflent, le manque d’ambition me saoûle, j’ai l’impression que la politique française est un rat qui pédale comme un dératé dans une roue sans vraiment savoir pourquoi il continue. Pas d’idées, pas d’élévation du débat, nous sommes dans une faille spatiotemporelle où le calendrier indique 2013 mais où les références datent systématiquement des années 30 #Munich pendant que le gouvernement vit dans le monde merveilleux des petits poneys violets en 2025. Médiocrité partout, perspective (réaliste) nulle part.

 

Et j’ose même pas imaginer ce qui se passe dans la tête de ceux et celles qui ont voté Sarkozy en 2007 puis voté pour François Hollande en 2012. Ils sont probablement sous xanax…